Qu'est-ce qu'une colposcopie ?

La colposcopie est un examen du col de l’utérus avec un microscope binoculaire qui permet un agrandissement et un éclairage puissant du col. Son but est de rechercher les lésions qui sont en général invisibles à l’œil nu et qui pourraient, si elles étaient négligées, évoluer un jour vers un cancer du col de l’utérus.

Cet examen est indolore mais nécessite la mise en place au préalable d’un spéculum (écarteur vaginal) qui permet d’exposer le col de l’utérus.


Une fois le col visualisé, le médecin applique deux solutions qui facilitent l’observation et l’identification des lésions éventuellement pré-cancéreuses :
- une solution d’acide acétique, sorte de vinaigre qui permet de faire « blanchir » les zones suspectes,
- une solution dite de Lugol (à base d’iode) qui permet de visualiser les limites de ces zones.
Ces deux produits ne sont pas douloureux, ni allergisants.



Une fois l’examen pratiqué, en fonction de l’aspect observé, le praticien pratiquera (ou non), une ou des biopsies afin d’analyser le tissu prélevé dans les zones les plus suspectes

Les fragments sont ensuite déposés dans un flacon formolé qui « fixera » le « tissu » afin d’être ensuite adressé puis analysé dans un laboratoire d’histopathologie ; les résultats parviennent en général dans les 7 jours qui suivent et peuvent, dès lors, nécessiter une nouvelle consultation, afin de les expliciter et de décider une éventuelle attitude thérapeutique, le cas échéant.

Les biopsies ne sont en général pas douloureuses mais peuvent provoquer un léger saignement pendant quelques heures, dont il faut être prévenu.

La colposcopie permet également de rechercher d’autres lésions situées sur : le vagin, la vulve, voire l’anus ou le périnée.

QUAND DOIT-ON PRATIQUER UNE COLPOSCOPIE ?

Il est nécessaire de pratiquer une colposcopie quand :
• Il y a un frottis anormal évocateur d’une lésion de haut grade, de bas grade ou de type ASCUS avec un test HPV positif pour les virus à haut risque (potentiellement oncogènes).
• Il y a des anomalies sur la vulve évoquant une infection à HPV (papillomavirus).
• Une infection persistante par les papillomavirus (test HPV positif persistant).
• Un col d’aspect anormal ou suspect vu par le clinicien.
•Durant le traitement : le chirurgien doit pratiquer le traitement des lésions sous contrôle colposcopique.
• Pour la surveillance, après traitement, afin de vérifier l’absence de toute lésion résiduelle.

colposcopie