PROJET III :L’APPEL.
Appel = demande, cri, interpellation, réclamation et exhortation.
Le texte exhortatif (l’injonctif, l’appel) c'est un texte argumentatif qui cible le destinataire dans le but de le faire agir ou réagir. Il comprend trois parties:

1/Une partie expositive: Attire l'attention du destinataire sur une situation problématique (situation négative, un constat ennuyeux).

2/ Une partie argumentative: Donne les arguments qui justifient la nécessité d'un changement. C'est ici qu'on agit sur le destinataire pour l'amener vers le but final.
Arguments pour:-convaincre (raison).
-persuader (sentiments).
-Sensibiliser (autorité).
3/Une partie exhortative: C'est ici qu'on donne le but à atteindre pour changer la situation problématique du début. C'est l'appel proprement dit, on utilise :
-verbes performatifs : appeler, demander, inciter, prier, souhaiter, …
-verbes de modalité : falloir, devoir et pouvoir.(qui expriment l’obligation et la possibilité)
-verbes à l'impératif et au subjonctif.
* Expression de but :
Avez-vous un but dans la vie ? Quel est le but de cet appel ?Quelle est le but de l’auteur ?
Quand on pose ces questions, le terme de « but » signifie l'intention, l'objectif, la visée, l’ambition, le désir... Quels sont les procédés grammaticaux qui permettent d'exprimer le but§ ?
* Le but peut être exprimé par une proposition subordonnée conjonctive, dont le verbe est au subjonctif, introduite par les conjonctions de subordination ou les locutions conjonctives : pour que, afin que, de sorte que, de manière que, de façon que.
Ex. : Venez me voir demain [afin que nous parlions.]
Pour exprimer la crainte, on emploie les locutions conjonctives de peur que, de crainte que.
Ex. : Hector a attaché son vélo, [de peur qu'on le lui vole.]
À la forme négative, la locution pour que devient pour que... ne... pas (et non pour ne pas que).
Ex. :Je t'ai fait un plan [pour que tu ne te perdes pas.](je est différent de tu)
*Dans la phrase simple, on peut exprimer le but grâce à :
- Un nom ou un groupe nominal introduits par la préposition : pour ou les locutions prépositives :
Afin de, en vue de, de crainte de, de peur de, dans le but de, à l’intention de...
Ex. : Je travaille en vue d'un examen.
- Un verbe à l’infinitif, introduit par la préposition pour ou par les locutions prépositives afin de, de façon à, de manière à, de sorte de, de peur de, de crainte de, dans le cadre de, dans l’objectif de…
Ex. : Je fais du feu de façon à me réchauffer.
Après un verbe de mouvement, l'infinitif peut être employé sans préposition.



Ex. : Je pars chercher ma fille. (= Je pars pour chercher ma fille)
On doit toujours savoir:
1. Identifier le(s) destinateur(s) et ses (leurs) marques [Qui lance (ent) l'appel ? Quel(s) pronom(s) utilise (ent)-t-il(s)? ]
2. Identifier le(s) destinataire(s) et ses (leurs) marques [à qui est destiné l'appel ? Quels sont les pronoms utilisés? Identifier l'objet de l'appel (le thème ; dénoncer le problème et faire réagir).
3. Identifier l’objectif de l’appel (le but) et les actions proposées (les changements attendus et souhaités).
Les valeurs du mode impératif
L’impératif exprime l'ordre, ou la défense (quand la phrase est de forme négative).Cet ordre et cette défense peuvent prendre la nuance d'un conseil, d'un souhait ou d'une prière ;
1.2. Les substituts de l'impératif :Il y a de nombreux moyens d'éviter l'impératif si on le juge trop direct. On peut lui substituer :
l'indicatif présent : Vous ouvrez vos livres à la page 12 ! (= Ouvrez vos livres…)
l'indicatif futur : Vous prendrez la première rue à gauche (= Prenez la première rue à gauche.)
le subjonctif présent : Qu'il sorte !
l'infinitif : Ne pas se pencher au dehors.
Les interjections /Stop!

Projet 3: LMappel